Bien être et santé #13 – De la difficulté d’un diagnostic

Il n’est pas toujours aisé d’apprécier la ou les causes d’une affection. Bon nombre de symptômes sont communs à diverses affections, donc, attention !

Parce qu’on travaille ou qu’on n’aime pas se rendre chez le médecin ou qu’on pense qu’il n’y a pas de raison d’être malade, on s’emploie à se diagnostiquer son problème pour passer à l’automédication, sujet d’actualité, parce que sous couvert d’économies de la sécurité sociale, les politiciens actuels nous y poussent.

Pour illustrer mon propos, je vais utiliser une situation vécue avec ma voiture.

Après que j’eus fait le plein, en essence, de ma voiture, sont apparues de nombreuses ratées, en roulant à bas régime, mais aussi, de temps en temps, en régime normal, et le ralenti n’était pas terrible.

le démarrage était normal mais en définitive, le moteur ne tournait pas rond, se bridait lors des accélérations quelque soit le rapport de vitesses utilisé.
La voiture vibrait du démarrage jusqu’à l’arrêt du moteur.
A l’arrêt, moteur chaud, ça faisait vraiment effet « teuf teuf ».

Ayant quelques notions en automobile, j’en concluais que ma voiture était victime d’une essence altérée par des saloperies quelconques, voire de l’eau.

Je me suis donc rendu chez Norauto puis j’ai traité le plein d’essence que je venais de faire, mais aucune véritable amélioration n’est apparue.
J’ai donc fait un quart de plein suivant en le traitant également, mais là aussi, sans constater d’amélioration.

J’ai donc pris rendez vous chez mon concessionnaire, étant persuadé que la carburation était « salopée ».

Le résultat des courses, après diagnostic électronique, est que c’était la bobine d’allumage qui déconnait et qu’il a fallu remplacer.
Mon diagnostic était faux.

Cette démonstration pour dire que nous, les humains, sommes confrontés à ce genre de situations où beaucoup de symptômes sont similaires, que l’on prend souvent à la légère, et que l’on traite souvent par automédications erronées.

Ce qu’il faut savoir, c’est que lorsqu’un problème se présente et qu’il dure plus de 15 jours, il faut absolument consulter sans remettre toujours au lendemain, qui plus est, lorsqu’on a une charge de travail considérable. Car, le jour où vous tombez malade dans ce contexte et que, parfois, ça dure, y a des entreprises où vous êtes vite écarté pour cause de non performance.

C’est pourquoi il faut maintenir sa personne en excellent état de marche, faire ce qu’il faut pour qu’il en soit ainsi en s’analysant bien et consulter dès qu’un problème s’éternise, sans verser dans l’hypocondrie.

Bonne santé.
A bientôt.

Corpore Sano / Bien être et Santé – sommaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*