Comment suis-je parti sur la Jeanne ?

En fait c’est à cause d’un col de blouson en loutre. Le col pas le blouson évidemment

J’étais alors en terminale et je m’apprêtais à louper vaillamment mon bac. Comme depuis, et vous le verrez, je suis passé par la plonge ; cela me fait dire que j’ai néanmoins 2 bacs : 1 pour laver 1 pour rincer. C’est de l’humour à 20 centimes mais on fait ce qu’on peut.

Bref et nonobstant mon passage par l’office, mais non pas religieux, celui juste entre la cuisine et la salle..
Bon je m’arrête une seconde car soit vous suivez mes explications soit vous ne comprendrez rien et c’est pénible d’expliquer à des boulets.
Donc disais-je, tout à commencé l’année de mon passage de bac. C’était en 1977. Le premier qui rit prend ma main à travers la gueule. Description succincte de Surcouf 1,72 m pour 85 kg, donc avisez un peu le poids de la main et encore vous avez de la chance, j’ai fait jusqu’à 95 kg alors que je sévissais comme talonneur mais c’est une autre histoire.
En cette année 1977, en janvier pour tout vous dire et si ma mémoire est bonne, je croise dans l’enceinte de mon lycée un individu arborant un blouson de type militaire muni d’un col en loutre. .
A quoi je le reconnais ?
Tu le verras bien ô béotien, mais si tu m’interromps tout le temps ça risque justement d’en prendre du temps.

Notre quidam portait donc un blouson de teinte kaki foncé, presque vert, muni je l’ai dit, mais je le répète pour ceux qui ne suivent pas, d’un col en fourrure. La loutre étant un animal à fourrure, je le précise.
Je l’interpelle.
–  » C’est marrant, lui dis je, je crois que j’ai le même à la maison ».
– « Ah bon? Tu sais c’est un blouson de la marine, mais un vrai celui là. »
–  » D’accord mais un de l’Aéronavale si je ne me trompe pas ? »
–  » C’est à mon père il est aéro en poste à Paris ».
–  » Moi le mien est un ancien de l’Aéro, c’est pour ça. »

Il faut que je vous dise quand même que dans la Royale (C’est comme ça qu’on appelle la Marine de guerre entre initiés) il y a des traditions et des privilèges. Un de ses traditions est que les blousons de volants (ceux qui volent en avion ou en hélicoptères) soient en loutre pour les différencier des biffins ou des gonfleurs d’hélices, entendez par là cher lecteur, des gars de l’armée de terre et de l’arme aérienne.

Le plus surprenant fut dans un premier notre presque homonymie mais surtout, et c’est là le second point primordial, si je puis dire, nos pères se connaissaient bien.
Bref de fil en aiguille mes parents et moi-même avons été invités chez les parents de mon collègue de lycée. La question principale fut posée en ce mois de février (oui je sais j’ai parlé de janvier plus haut mais juste haut dessus « de fil en aiguille » ce qui dénote une avancée dans le temps). Vous avez fait le lien ? bien je continue. La question fut donc : et le bac ?
Sourire gêné de mes parents et réponse stupide de ma part.
– » Heu je m’apprête à le louper brillamment ».
Diplomatiquement, mais on n’en attendait pas moins d’un officier supérieur de la Marine Nationale, notre hôte me demande : .
-Et ensuite ?
– Ensuite l’armée (à l’époque la conscription nationale battait son plein).
– Si tu le désires je peux t’aider à intégrer la marine (note de l’écrivain : 6% des appelés)
– Où voudrais-tu aller, me demanda-t-il, après mon acquiescement ?
– Nîmes car j’y ai des amis dans le coin.
– Ah ! Me fit-il, ne veux tu pas voyager … sur la Jeanne d’Arc par exemple, elle fait le tour du monde ?

C’était la première fois que j’entendais mentionner le nom de ce fier navire mais ma réaction fut instantanée.
« Où dois je signer, commandant ? » (*)

L’affaire fut faite et m’empressant de louper mon bacho je partis l’année même en septembre pour Hourtin en Gironde afin d’y faire mes classes.

(*)  »Peut être, ô néophytes des choses de la marine, as-tu remarqué l’astérisque quelques lignes plus haut. C’est qu’il va me falloir t’affranchir dès à présent de quelques subtilités ayant trait à l’organisation hiérarchique de la Marine.
Le monsieur dont il est question ci-dessus était à l’époque Capitaine de Vaisseau et c’est pourquoi on l’appelle Commandant. Clair, non ?
Mais c’est comme cela, et de plus on ne dit pas MON Commandant dans la Royale comme peuvent le faire les terriens ou les aviateurs.
Mais toute cette explication fera l’objet d’un billet suivant car je constate là ton ignorance crasse des choses essentielles à la bonne compréhension du monde de la Royale. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*