Contourner HADOPI : Le choix de la seedbox

Pour contourner les dispositions d’HADOPI, il existe 3 méthodes  :

  • le direct download au travers de sites tels que RapidShare ;
  • le téléchargement au travers d’un VPN
  • la seedbox

La première option commence à sentir le pâté. La fermeture de MegaUpload en atteste. En plus, on n’y trouve pas forcément son bonheur.

La seconde – le VPN – est laborieuse à mettre en oeuvre, souvent coûteuse et pas si sécurisée que ça notamment si vous êtes en IPV6.

Reste donc la troisième option, la Seedbox. Ma préférée.

Une seedbox, c’est un serveur dédié à l’utilisation des outils d’échange en P2P.

Pour faire simple, ça permet d’utiliser bitorrent en mode déconnecté, de ne pas saturer sa bande passante à la maison et de récupérer en flux direct les fichiers seulement après qu’ils aient été chargés en totalité sur le serveur distant.

Pourquoi cela échappe-t-il à HADOPI ?

Pour une raison toute bête : Les fournisseurs d’accès n’ont pas à révéler l’identité de leurs clients lorsqu’il ne s’agit pas d’accès internet. Ainsi, il suffit d’héberger sa Seedbox sur un serveur dédié ou de louer un accès pour être tranquille et pouvoir pratiquer l’échange de fichiers en toute tranquillité.

En revanche, si vous utilisez l’option Seedbox inclue dans votre box internet, ça craint du boudin. Les gens de la HADOPI peuvent vous choper puisqu’il y a utilisation directe de l’IP abonné internet.

Comment utiliser une Seedbox ?

Pour la mettre en oeuvre, deux options :

1/ Vous disposez d’un serveur dédié et linux ne vous fait pas peur

En ce cas, il y a des chances pour que vous soyez rompus à l’utilisation d’un système. Vous pouvez alors louer une dédibox ou un serveur chez OVH en entrée de gamme et installer selon le manuel fourni dans ce lien.

2/ Vous ne voulez pas vous encombrer d’un serveur personnel et encore moins le paramétrer

Alors louez un accès Seedbox.

Il existe plusieurs prestataires proposant ce type de services. Beaucoup sont à l’étranger, l’un d’entre eux est français. C’est celui que j’ai retenu.

Il s’agit de seedbox.fr.

Les services proposés sont :

  • choix du pays d’installation de la seedbox : France, Lithuanie, Pologne, Pays-Bas
  • débit compris entre 1 et 10 GBits/s selon l’option retenue
  • Entre 80 et 350 Go de stockage partageable. Vous pouvez mettre à disposition d’une tierce personne un lien DDL sécurisé vers votre fichier téléchargé comme le fait dl.free.fr
  • une interface conviviale pour gérer les fichiers et les transferts
  • l’intégration du service dans les navigateurs (Chrome, Firefox, Safari) ainsi que les éléments de paramétrage pour utilisation via smartphone
  • une assistance réactive 24/7

De la balle !

seedbox2

Evidemment, un tel service n’est pas gratuit. C’est sûr mais seedbox.fr est l’un des moins chers de son segment.

La configuration de base est à 8€ par mois pour 80 Go de stockage. Largement de quoi faire pour charger et se faire une idée d’autant que l’engagement n’est que d’un mois à chaque fois, qu’il n’y a pas de mauvaises surprises et que le paiement se fait par paypal.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*