Laboratoire de catastrophe générale – Maurice G. Dantec

Outre le fait que dans ses ouvrages, hors romans policiers (style dans lequel il excèle), Maurice G. Dantec est chiant comme la pluie, il nous a parfois des éclairs de génie. Pour illustrer mon propos sur ce dernier point, j’ai retapé ci-après de mes petites mimines un extrait complet d’un passage au mépris de tout copyright (Si ça dérange quelqu’un, écrivain ou éditeur ou ayant-droit, pas la peine de me faire un procès. Il suffira de demander pour que je retire). J’avoue même la jalousie que j’éprouve de ne pas avoir écrit cette réflexion by-myself, tant elle exprime à merveille ma pensée.

Pour en revenir à cet extrait, il s’inscrit dans le théâtre des opérations – Laboratoire de catastrophe générale qui est une sorte de journal de bord où notre Maurice exilé (il vit maintenant à Québec) se regarde écrire. La période couverte va jusque 2001. Le Maurice a un peu barré en vrille après cette date, et à vrai dire, c’est son problème. Il a même poussé le bouchon un peu trop loin à mon goût en se baptisant récemment. Ceci dit, mon goût, il s’en moque. C’est réciproque, et c’est parfait.
Cette légère digression pour dire qu’à une époque où le mystique refait surface alors que le quotidien tend à prouver de la non-existence d’une entité prétendue supérieure, ça me troue un peu le fion.

Je tiens aussi à mettre ce billet en relation avec celui de Lithium portant sur les pseudo-artistes Amadou et Mariam. Ce qui suit s’accorde bien.

« Cette prétention des petits hommes d’aujourd’hui, tous « si fiers de ce qu’ils sont », quand ils ne sont pas tout bonnement « ce qu’ils sont », envers et contre tout, en toutes circonstances, sous toutes les latitudes, toujours les mêmes tels que figés dans la soupe refroidie des formules sociales du dernier homme, voire du premier posthomme – ce touriste hyperactif -, avec leurs minables uniformes quotidiens, inchangés depuis le lycée, et qu’ils se seront attribués selon les tribus auxquelles ils se seront affiliées dans la nécrose marchande générale : baba cool, punk, new-age, yuppie, néohippie, intello-degôche-poststalinien, anarcho-hacker, gentleman-farmer… Cette philosophie de collège qui empoisonne désormais tout l’espace des discours ambiants (on fit à une époque des musiques d’ambiance pour supermarchés et ascenseurs, il existe désormais une socio-psychologie d’ambiance, chargée de répandre en continu une poignée de principes sacrés par tous les moyens audiovisuels possibles), cette sous-pensée qui fait de l’être une densité continue et préexistante à l’émergence d’un processus critique de la conscience qui précisément cherche sans cesse à l’inventer, ce discours lénifiant et humanitaire qui invoque sans cesse l’intégrité, la transparence, le naturel et l’authenticité, tout en invoquant l’art (alors que l’Art est artifice, ce que la simple phonétique nous apprend, à défaut de l’étymologie), ce sous-langage qui a fait du style l’ennemi, en se couvrant de l’alibi « révolutionnaire » ou « subversif », et qui aura donc servi à l’entropie générale du système marchand, ces « êtres-là » avant toute existence, qui n’ont qu’à ouvrir la bouche pour pouvoir parler, sans avoir jamais rien lu d’important, toute cette dévolution petite-bourgeoise qui règne sur les esprits, les corps, les images, les discours, oui tout cela est le symptôme d’un anéantissement qui se fait chaque jour plus sensible, l’apoxie est générale, ne règne plus qu’une infâme pollution, bien plus sale et dangereuse que les gigatonnes de déchets dont nous pourrissons les eaux de la terre et du ciel, car cette hideuse matrice nous interdit désormais toute métaphysique supérieure, toute nouvelle hiérarchie, et par principe tout dressage, toute sélection, elle désire le calme plat du désert télévisuel-publicitaire, des raves humanitaires et des parades techno, ce désert qui croit autour de nous à la mesure de notre expansion, et dont nous sommes si fiers »

Maurice G. Dantec – Extrait de Laboratoire de catastrophe générale (Journal métaphysique et polémique 2000 – 2001)

Tadpu

Amatrice éclairée de nouvelles technologies. J'espère que mes quelques articles vous distrairont et vous éclaireront. Rédactrice de tadpu.com

4 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*