Le but de la FFF

Lu dans la presse ce jour : « L’association Familles de France souhaite le renforcement du contrôle de l’accès aux mineurs à certains jeux vidéos ultra-violents qui enfreignent les lois et ont dépassé les limites de l’acceptable« . Le leitmotiv semble être le martèlement du message. Déjà en 1999, cette fédération s’était positionnée à grand renfort médiatique contre les jeux Unreal, Carmageddon, GTA, Sanitarium…

Seulement, en 1999, internet démarrait doucement et les foyers n’étaient pas encore quasi tous équipés d’ordinateurs. De nos jours, le diable est entré dans la maison. Et il convient de poser les limites.

Justement, les limites de l’acceptable pour cette association lobbyiste pro-catholique sont souvent très vite dépassées. De plus, le gros problème est que cette association, favorable à toute régression sociale, est très puissante et a un poids considérable auprès du législateur.

La Fédération des Familles de France, c’est près de 600 associations et plus de 150 000 membres et bénévoles. Elle est présente dans vos bourses aux vêtements, dans les halte-garderies, les crèches ; elle siège au bureau de vérification de la pub, au conseil économique et social ainsi que dans de nombreuses sociétés. Tout un chacun est amené, sans même le savoir, a avoir des accointances avec cette organisation.

Familles de France trouve ses origines dans la France de l’après-guerre, en 1947. Elle est issue de la fusion de la Fédération Nationale des Familles Nombreuses, de La Plus Grande Famille et de la Confédération Générale des Familles. Statutairement, selon la déclaration au registre des associations, ça donne : Valoriser le projet familial des hommes et des femmes inspiré par une ferme volonté d’engagement. Le mariage vécu dans la stabilité, la fidélité, l’harmonie et la fécondité, est une des conditions favorables à l’épanouissement de la famille… Les statuts de Famille de France précisent que les militants non-mariés (concubins, pères ou mères célibataires, homosexuels) n’auront pas accès à des postes de responsabilité. La charte de 1985 prohibe le divorce et défend la « fécondité libre » généreusement procréative.

La Fédération Nationale des Familles Nombreuses (FNFN) :

Elle a été initiatrice en 1939 de mesures reprises dans le premier Code de la Famille :

– Lutte contre l’avortement
– Protection de la race (sic!)
– Renforcement des lois contre l’outrage aux bonnes moeurs

C’est sans doute en raison de ces hauts faits que Philippe Pétain nomme le vice-Président de la FNFN, Georges Pernot (1879-1962), ministre de la Famille en juin 1940.

La Plus Grande Famille (LPGF) :

Cette association plaidait pour un assainissement moral du pays et la mise en place du vote familial (c’est une idée chère au FN. Le vote serait dédié au chef de famille qui donnerait seul la voix de sa famille lors d’élections, le nombre de voix étant croissant en fonction du nombre d’enfants)

La Confédération Générale des Familles (CGF) : Ultra catho et animée par un abbé (Violet)

Les 3 dirigeants de la Fédération sont :

1/ Jacques BICHOT (1943- ? ) un président monarchiste et nostalgique de Franco :

Membre du Conseil Economique et Social de 1984 à 1999, Professeur d’économie à Lyon 2 Jacques Bichot combat fermement la dénatalité. Dans ses livres profondément opposés à la Loi Veil, il vante les bienfaits de la virginité. Familles de France souhaite interdire l’IVG et la conception in-vitro. Jacques Bichot regrette la politique sociale en ces termes : « Les princes républicains qui nous gouvernent distribuent prioritairement aux pauvres et le font savoir urbi et orbi (faute de quoi le bénéfice électoral de l’opération serait perdu) . C’est une des raisons pour lesquelles la politique familiale a été organisée et conçue comme une assistance aux familles nécessiteuses. » dans la revue de Familles de France il en arrive à regretter le « bon temps de Franco où l’on vivait sans drogue ni délinquance » Il accorde des interviews à l’Action Française journal monarchiste et ultra nationaliste, participe au congrès 1994 de l’Action familiale et scolaire (catholiques ultras) et dans La Croix du 7 juillet 1992 prône la destruction du régime parlementaire et l’adoption des lois rédigées par des magistrats chevronnés à des jury d’assises composés de citoyens tirés au sort. Il se prononce pour le vote au suffrage familial (voir encadré) proposition actuellement défendue par le Front National, il participe aussi aux réflexions du Club de l’Horloge, groupement chargé d’élaborer les bases idéologiques de l’extrême droite française. Il a dernièrement commis les autoroutes du mal articulé en trois parties : la structure de pêché permettant de comprendre les forces perverses du monde, l’économie du diable (j’vous jure, je n’invente rien) précisant les effets des forces perverses et l’éclairage sur les pourrissoirs de la société (prostitution, viols, mépris de l’autre, les mafias, le racisme, le terrorisme…)

2/ Gerard-François DUMONT, administrateur intégriste et homophobe :

L’inventeur de l’expression « hiver démographique » est quant à lui le recteur Gérard-François Dumont, directeur de la revue Population et Avenir, président de l’ Alliance Nationale Population et Avenir, administrateur de Familles de France, Membre du Conseil national de l’information statistique et professeur à la Sorbonne. Tous deux sont aussi, au titre de leurs compétences, membres du Conseil pontifical pour la Famille et de ce fait considérés comme proches du Vatican.

Professeur à la Sorbonne, démographe, il a le grand avantage de présider plusieurs instituts qui fournissent les chiffres nécessaires aux démonstrations de Familles de France. C’est ainsi que le Figaro, en 1985, s’appuyant sur les chiffres de statistiques bidons de l’Association pour la recherche et l’information démographique sortit un dossier à sensations serons nous encore français dans 30 ans aboutissant à la conclusion que notre pays allait rapidement se faire envahir de maghrébins et d’africains dont les enfant créeront les pires troubles.

Pour lui la dénatalité est la conséquence de deux facteurs : l’homosexualité et le féminisme . Exemples de déclarations Dans toutes les décisions que l’Etat a pris ces dernières années, on a véhiculé des valeurs inversées alors qu’il faut véhiculer des valeurs de vie. …Ceux qui pensent que l’avenir est dans l’androgynie, vous voyez ce que je veux dire, doivent se retirer du débat ou Si les chiffres demeurent ceux de 1993, alors 52% des femmes demeureront célibataires. J’ai vu récemment une étude qui arrive à ce résultat, qui fait l’objet dans les médias d’une loi du silence, qui met en évidence que parmi les garçons élevés par une mère seule, le taux d’homosexualité est considérable. Ils se refusent à approcher une femme considérant qu’ainsi ils commettraient un inceste avec leur mère. Les couples en instance de divorce sont des « monstres ». Il est chroniqueur à « L’Homme Nouveau » journal bi-mensuel des milieux catholiques traditionalistes.

3/ Brigitte CHAPOUTHIER contre le porno et pour Touvier.

Elle s’occupe des luttes morales de Familles de France. Ses combats au nom de l’association : l’arrêt des campagnes de prévention du SIDA, notamment en 1994 une campagne d’AIDES de prévention vers les millieux homosexuels est attaquée violement pour pornographie, la limitation de la liberté d’expression par l’article 227-24 et la suppression du Minitel rose. Elle est aussi fondatrice de Droit et Vérité une association chargée d’obtenir la libération de Touvier et lutter contre les mensonges de ceux qui veulent faire le procès de la France de Vichy et du catholicisme français

L’attaque contre les minitels roses est une des grandes réussites de Familles de France. Cela lui a permis d’être mieux connu, de souder ses sympathisants notamment auprès des politiques comme Christine BOUTIN et d’avoir un moyen de pression sur les médias, grands propriétaires de messageries. Familles de France fit jouer a plein ses réseaux et le lobbying pour faire interdire le maximum de messageries, pour empêcher la presse de publier des publicités pour messageries. Familles de France réussi à faire nommer Brigitte Chapouthier au CCKTT un comité officiel chargé de dire à France Télécom quels services décabler. Sous l’action de Brigitte Chapouthier, bien appuyée, France Télécom décabla environ 400 services télématiques. Elle reçut l’aide inattendue de Michel Charasse ce qui gêna considérablement le P.S. qui eut le plus grand mal à freiner la droite dure qui s’était engouffrée dans la brèche. Ce fut le lancement de toute l’action de Christine Boutin qui batailla sans cesse à l’Assemblée Nationale pour l’Ordre Moral.

Autre combat, perdu celui là: Touvier. Le Réseau Voltaire appelé à l’époque projet Ornicar révéla les liens de Brigitte Chapouthier avec les amis de Touvier et son avocat intégriste Jacques Tremollet de Villiers. L’association Droit et Vérité siégeait au domicile de la fille de Touvier. Au coté de Chapoutier on y trouve Henri Gleize, Claude Linais, Don gerard Calvet, Don Forgeot. Henri Gleize écrit dans la revue de ICTUS (fondée par Jean Ousset ancien secretaire de Maurras, président actuel Jacques Tremollet de Villiers) dont le slogan est dans le peuple comme un poisson dans l’eau et chargé de créer une élite constituée en petites cellules bien dressées Linais est trésorière d’une association anti-IVG soutenue par l’Opus Déi . Don Gerard Calvet de « Chrétieneté-Solidarité » financé par Mobutu est un intégriste homophobe et défenseur des incendiaires du cinéma St Michel. Don Forgeot hébergea en son abbaye des activiste de l’OAS et.. Touvier. Les remous soulevés par cette affaire emmenèrent le gouvernement à supprimer le CCKTT pour éliminer Brigitte Chapouthier.

Sources :

« Les associations familiales combien de divisions? » de Fréderic Brunnquell aux éditions Dagorno.
http://www.voltairenet.org/fr

Tadpu

Amatrice éclairée de nouvelles technologies. J'espère que mes quelques articles vous distrairont et vous éclaireront. Rédactrice de tadpu.com

14 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*