Le jour du Seigneur épisode 70 – Tel père, tel fils

Lisez ce passage :

Genèse 26:1-7

Il y eut une famine dans le pays, outre la première famine qui eut lieu du temps d’Abraham; et Isaac alla vers Abimélec, roi des Philistins, à Guérar.
L’Éternel lui apparut, et dit: Ne descends pas en Égypte, demeure dans le pays que je te dirai.
Séjourne dans ce pays-ci: je serai avec toi, et je te bénirai, car je donnerai toutes ces contrées à toi et à ta postérité, et je tiendrai le serment que j’ai fait à Abraham, ton père.
Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées; et toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité,
parce qu’Abraham a obéi à ma voix, et qu’il a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois.
Et Isaac resta à Guérar.
Lorsque les gens du lieu faisaient des questions sur sa femme, il disait: C’est ma soeur; car il craignait, en disant ma femme, que les gens du lieu ne le tuassent, parce que Rebecca était belle de figure.

Ca ne vous rappelle rien ? Si ? Vous avez raison.

Abraham, le père d’Isaac avait déjà utilisé l’argument du « c’est ma soeur« , par deux fois, pour présenter sa femme, Sara. Une première fois en Egypte, une seconde fois chez… Abimélec.

Et c’est ce même Abimélec qui maintenant se fait abuser par Isaac, fils d’Abraham, sur l’identité de la femme qu’il convoite. Car c’est un chaud lapin le père Abimélec.

Déjà à l’époque de Sara, il avait de sérieuses vues dessus. Autant vous dire qu’avec Rebecca, il est maintenant sur les charbons ardents.

Moi, je ne sais pas, mais je serais roi et j’aurais une famille de berger puants et analphabètes[1] qui me prend pour un con par trois fois, ça me foutrait sévèrement en rogne. J’aurais la machette facile.

Eh bien là, non seulement Abimélec ne se déballe pas, mais en plus, il offre sa protection à Isaac.

Genèse 26:9-12

Comme son séjour se prolongeait, il arriva qu’Abimélec, roi des Philistins, regardant par la fenêtre, vit Isaac qui plaisantait avec Rebecca, sa femme[2].
Abimélec fit appeler Isaac, et dit: Certainement, c’est ta femme[3]. Comment as-tu pu dire: C’est ma soeur? Isaac lui répondit: J’ai parlé ainsi, de peur de mourir à cause d’elle.
Et Abimélec dit: Qu’est-ce que tu nous as fait? Peu s’en est fallu que quelqu’un du peuple n’ait couché avec ta femme, et tu nous aurais rendus coupables.
Alors Abimélec fit cette ordonnance pour tout le peuple: Celui qui touchera à cet homme ou à sa femme sera mis à mort.
Isaac sema dans ce pays, et il recueillit cette année le centuple; car l’Éternel le bénit.

Sidérant ! Bien évidemment, nous remarquerons qu’Isaac bénéficie des largesses divines après avoir dupé son monde par lâcheté, au contraire d’Abimélec, pourtant patient et sage.

Soyez lâches, Dieu vous le rendra.

La Bible – Précédent << La Bible – Sommaire >> La Bible – Suivant

Notes

[1] Isaac, Abraham, Moïse & Co, c’était pas Charlton Heston et sa bande. Re-situez dans le contexte

[2] Plaisanter, chez ces gens là, c’est jouer à touche-pipi

[3] La preuve

Vous aimerez aussi...

3 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*