Le Lucullus du dimanche #111

Amis gourmands bonjour,
Excusez moi de ce retard mais hier, rentrant d’un superbe weekend dans la Nièvre, j’ai eu la flemme d’écrire quelque chose et surtout aucune idée. Aussi ce soir me voici devant ma page blanche.

Comme le dirait un motard qui se reconnaitra, « comment tu ne râles pas, tu es malade?
Si je râle et je tempête. J’en ai plein le dos de ces articles de presse qui, à longueur de semaine, tentent de nous culpabiliser sur notre alimentation.

Je voudrai tordre le cou, au sens propre comme au sens figuré, à tous ceux qui viennent nous dire comment on doit manger, quoi manger, ce qui est bon pour nous, pas bon pour nous. L’offensive des donneurs de leçons et des moralisateurs continue. Un type, vient dans le journal, le Monde, nous parler du bonheur qu’auraient les jeunes à manger des raviolis au tofu et des pizzas végétariennes. Mais ce type n’a qu’à brouter l’herbe si cela lui chante mais surtout qu’il nous foute la paix.
Hein! Est ce que je lui prends la tête à ce type?
Est ce que je viens lui seriner le plaisir ineffable de manger de la côte de bœuf, une poulet au pot, des tripes à la mode de Caen, mais encore un tablier de sapeur ou des andouillettes à la lyonnaise?
Non je le laisse bouffer ses végétaux peinard, et je ne viens pas lui dire qu’il devrait manger un peu de viande pour avoir moins l’air d’un ruminant.

Un monsieur, Jacques Brouteau, parce qu’il est député, donc représentant du peuple, tout du moins d’une petite partie de celui ci, s’est cru obliger, d’imposer un repas végétarien par semaine dans les cantines de son arrondissement parisien, le 2ème. Il oublie qu’il est un ELU et non un aristocrate décidant de ce que peut manger le peuple. Mais qu’il rejoigne donc le bouffeur de tofu pour brouter les pelouses du jardin des tuileries et qu’il ne se mêle pas du repas de têtes blondes qui préfèrent peut être le petit salé aux lentilles à la tarte au tofu et épinards.
Subirait-il les assauts de l’association américaine Farm qui milite pour une journée sans viande?

D’abord je m’en fous, je veux, que dis- je, j’ordonne, que cette personne nous fasse connaître son propre régime alimentaire. Que les habitants du 2ème arrondissement de Paris exigent qu’il placarde, le contenu de ses repas quotidiens pour savoir, s’il applique à sa petite personne ainsi qu’à sa famille, ce qu’il impose à des enfants qui ne lui ont rien demandé.

Pendant ce temps, un autre broutard, le député vert Cochet, veut lui imposer cela à toutes les collectivités locales, rien de moins. Mais que ces gens arrêtent de croire qu’ils savent mieux que nous ce qu’il nous convient, ou ce qui nous fait plaisir, car ne nous y trompons pas, pour l’immense majorité des gens, se mettre à table est un plaisir et non un pensum comme pour ces gens là.

Nous assistons là à mouvement intégriste, totalitaire. Un médicastre, le docteur Laurent Chevalier nous conseille de ne manger que 400 g de viande pas semaine, tout cela dans son livre « je maigris sain, je mange bien » Voilà un livre que je recommande au plus haut point pour allumer votre prochain barbecue, le temps de parer vos côtelettes d’agneau ou vos merguez. Ces philosophes de la pelouse n’ont qu’une idée, maigrir. Mais est ce qu’on a envie de maigrir nous? NON.
On est heureux comme cela et on les em… bête!
Alors que le repas gastronomique à la française vient d’être inscrit au patrimoine culturel mondial de l’Unesco, ces gens voudraient nous faire passer pour des bovins, déjà qu’ils nous prennent pour des ânes, cela commence à bien faire.

Jérôme Bernard, autre médicastre bien pensant, végétalien de nature, nous assène que nous pouvons vivre sans viande ni poisson. On peut aussi comme cette petite fille de 11 mois dont les parents devaient suivre ce genre d’avis, mourir sans viande ni poisson. C’est nier la nature omnivore de l’homme, qui lui a fait quitter le monde des herbivores et à dépasser le stade des carnivores, C’est oublier que c’est son alimentation tant animale que végétale qui a fait de l’être humain ce qu’il est aujourd’hui, l’animal le plus évolué.

Alors que beaucoup se battent pour combattre les régimes qui poussent des adolescentes à l’anorexie, qui poussent certaines au suicide, qui condamnent des milliers de femmes à culpabiliser sur le 248 g, soit disant superflus, excédentaires, mais qui donnent des belles rondeurs à leurs hanches, des psychopathes, car tel est le qualificatif que je leur octroie, nous écrivent des livres et noircissent des milliers de pages de magazines pour nous inciter a perdre du poids avant d’aller bronzer sur les plages. Comme si le fait de faire 1 kg de moins allait nous donner un plus beau bronzage. Je ne ferai jamais l’apologie de la mal bouffe, de l’obésité maladive, mais je ne serai jamais le défenseur du régime pour le régime. Que les gens qui veulent être maigres, minces disent ils, le fassent sans pour autant attirer à eux d’autres victimes de leurs névroses.

Pendant ce temps, dans Paris, a été fêté le boulanger faisant la meilleure baguette . Il s’agit de Pascal Barillon de la boulangerie « au levain d’antan » dans le 18ème. Ils étaient 173 candidats pour cette 17ème édition.

Arrêtez vous deux secondes, lâchez votre clavier et laissez filer votre imagination.
Vous êtes chez vous, au calme, la baguette est là, devant vous, dans votre cuisine, et un petit creux vous assaille. Vous la saisissez, sa croûte délicate craquèle sous vos doigts, dégageant une bonne odeur de mie encore tiède. Vous sentez ce parfum qui exhale de cette délicate œuvre d’art, qu’est une baguette bien fraîche?
Là, l’angoisse vous saisit, mais que mettre dedans?
Les rillettes de porc maison que vous avez préparées hier matin avec quelques petits cornichons bien croquants ou bien une belle couche de beurre avec une non moins belle tranche de ce jambon de pays qui parfume votre cellier.

Mais suis je bête, vous êtes peut être encore au petit déjeuner et là, à n’en point douter, la confiture de fraises maison s’impose. Il n’y a que ça de vrai pour donner à cette baguette un air de fête. Comment vous préférez le miel? Mais qu’à cela ne tienne, vous le préférez d’acacia, toutes fleurs ou de châtaignier? Personnellement, j’adore le miel de châtaignier, sa force ainsi que sa belle couleur brune, le tout avec un bon chocolat à l’ancienne.

Aïe, il est presque 22.10 et soudain j’ai faim. Il est des fois où, faire son billet hebdomadaire est un supplice total.

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine.
Gastronomiquement Votre, Lucullus

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*