Le Lucullus du dimanche #33

Amis gourmands bonjour,

Oh la vache!!!
Non tout va bien je ne peste pas, ni ne m’esclaffe.
Seulement des dizaines de chercheurs ont travaillé et finalement publié le génome de la vache.

De Gaulle dit on, pensait que les français étaient des veaux. Il avait, à priori, en partie raison.
Sur les 22 000 gènes que possède la vache seul un millier ne figure pas dans le génome humain c’est dire qu’il n’en était pas loin.

Trêves de plaisanteries, le sujet est sérieux.
Le fait qu’on ai pu séquencer le génome d’un des animaux les plus domestiqué par l’homme à son importance.

La recherche médicale aura là de nouvelles possibilités de développement notamment en ce qui concerne l’immunisation naturelle dont celle transmise par la lait.
Lait de vache que nous consommons tous ou presque sous différentes façons.
De plus peut être pourra t’on faire avancer également la recherche de traitement pour des épizooties encéphalopathie spongiforme (Maladie de Kreuzfel Jacob) ou autre fièvre aphteuse.

Cela permet aussi de connaître les mutations naturelles du bétail et de comparer avec les souches primaires que nous possédons des bovins d’avant.

Le séquençage va aider à la sélection des races et à leurs croisements. Non pas par génie génétique mais en permettant de connaître dès en amont les profils des animaux à croiser.
Ce qui prenait 7 ans par tris sélectifs et croisements pourra bientôt se faire plus rapidement et donc à moindre coût pour les éleveurs.
J’ai lu qu’à l’aide de puces à ADN on a pu ses trois dernières années tester les mutations naturelles de certaines populations de bovins. Cela permet d’anticiper sur ce que donnera les croisement sélectifs.
Bien sûr tout n’est pas parfait car, par exemple, sur des essais faits on s’est aperçu que le croisement de bovins pour avoir plus de lait se faisait au détriment de la reproductivité du groupe.

Des groupes de bovins issus de régions différentes ont montré jusqu’à 54 000 mutations naturelles. Mutations influant sur le résultat des croisements. Aussi, je cite, une puce à ADN de la société américaine Illumina, capable de tester simultanément 54 000 de ces mutations, donne à faible coût la possibilité de corréler le profil génétique d’un individu avec ces caractères. »

Le séquençage pourra aussi certainement permettre de lutter contre l’érosion de la diversité génétique en comprenant mieux les croisements ainsi réalisés. Tel est du moins l’avis de Maurice Barbezant, directeur général de l’Union nationale des coopératives d’élevage et d’insémination animale.

La sélection par marqueurs génétiques est donc une réalité. Des reproducteurs issus de race holstein, montbéliarde et normande qui ont vu 15 de leurs caractéristiques suivis de cette manière vont être mis sur le marché.

Deuxième point que je voulais aborder dans l’actualité c’est l’effervescence dans les sodas. Excusez moi pour le jeu de mots mais il était facile.
Chaque année à l’approche du printemps et de l’été les fabricants de boissons gazeuses se décarcassent pour attirer les consommateurs.
Question consommateur et consommation le français ne fait pas la course ne tête et cela me réjouit je dois dire.
Le français consomme en moyenne 60 litres par an de boissons rafraîchissantes sans alcool autrement appelées BSRA.
La moyenne européenne est de 94 litres et les usa tournent autour des180 litres.
Selon le Credoc (enquête CCAF 2007), en France, cette consommation représente l’équivalent d’une canette tous les 4 jours pour les enfants, tous les 2 jours pour les adolescents et tous les 5 jours pour les adultes.

Un petit mot sur les boissons énergisantes qui ne sont pas si inoffensive qu’on le dit. A tel point que l’AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) recommande leur consommation aux seuls adultes et la déconseillent vivement à la femme enceinte. Depuis juillet 2008 et selon les circulaires n°2008-090 et 229 du ministère de l’éducation, toute vente et usage de telle boisson est prohibé dans les établissements scolaires.

En troisième et dernière partie de mon billet je voudrais vous demander votre aide.
Connaissez vous l’association Slow Food?
De prime abord le nom n’inspire pas confiance mais Slow Food est une association internationale, née en Italie en 1986, qui lutte contre la standardisation et l’homogénéisation de l’alimentation.

Le convivium Slow Food « Le goût de l’Europe  » Associé au convivium Schnaeckele de Strasbourg a présenté aux parlementaires européens le salon Euro Gusto qui se tiendra à Tours du 27 au 30 novembre 2009.

Avez vous déjà été en présence de gens de cette association?
La connaissez vous?
Cela vous intéresse t’il ou trouvez vous au contraire cela à mille lieux de vos problèmes.
Je suis très curieux de votre expérience sur ce sujet là.

Slow Food met en place également des projets sentinelles ayant pour but de, je cite, soutenir de petits producteurs afin de préserver les produits fermiers et artisanaux de qualité. Elles contribuent à un avenir viable pour les communautés et les productions locales : en organisant les producteurs, en recherchant de nouveaux débouchés, en valorisant le goût et le terroir

Ce que je cherche à savoir c’est si cette association qui se dit forte de 100 000 membres est autre chose qu’un simple lobby et si elle est digne d’intérêt. L’avis de gens du métier que vous seriez amené à connaître m’intéresse au plus haut point
Merci de votre aide.

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine
Gastronomiquement Votre Lucullus

Le site de la Confrérie des amis de Lucullus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*