Le Lucullus du dimanche #35

Amis gourmands bonjour,

Le mois de mai est maintenant bien entamé, dans quelques semaine c’est l’été, et je peux lire ici et là des articles de journaux ventant des remèdes miracles pour maigrir avant l’été. Perdez 10 kilos en 1 mois et restez belles mesdames qu’ils nous disent… les menteurs.

Tous les nutritionnistes vous dirons que toutes pertes de poids trop rapide se caractérisent par une reprise de poids plus tard, alors qu’une alimentation plus régulière et équilibrée permet de se maintenir à un poids raisonnable en permanence. Ceci dit,ne ne croyez pas que je fasse, ici, l’apologie du régime permanent bien au contraire.

La course à la minceur ne sert qu’aux charlatans vendeurs de produits miracles et a des pseudo créateur de mode qui ne veulent pas se fatiguer à imaginer des vêtements mettant en avant les rondeurs naturelles du corps humain mais, préfèrent fabriquer des tubes textiles.

En vous culpabilisant sur votre tour de taille on cherche d’une certaine manière à uniformiser le corps comme si les différences pouvaient être mauvaises. Il faut de tout pour faire un monde. Espérons nous, voir dans l’autre, celui qui se tient face à nous, le reflet de ce que nous aimerions être?

Il est étonnant dans notre monde actuel de voir la minceur, et même la maigreur, portée au pinacle, alors que tous les tableaux ou statues faites depuis des siècles montrent des femmes et des hommes bien portant.
Si vous n’en êtes pas persuadé de cela, allez faire un tour dans les musées.
Mais une des contradictions que je note, c’est que dans le même temps, on laisse nos jeunes s’empiffrer de burgers, de kebab frites et boire des sodas ultra sucré en permanence.
Est ce pour exorciser notre volonté de minceur? Freud aurait parlé de psychopathologie, de névrose.

Mais, et si je veux être gros moi!!! et gros selon les critères actuels ce n’est pas bien difficile, au moindre bourrelet on est taxé d’obésité alors même que celle ci, la vraie est un vrai danger de santé. La nature et ainsi faite qu’en vieillissant on prend du poids en règle général. Bien sûr, il ne sert à rien de forcer la nature dans le sens du surpoids.
On veut rester mince mais on est bien content de venir s’encanailler autour de la table d’un cuistot au ventre rebondi. C’est de l’hypocrisie pure, du mensonge à soi même ce qui est encore plus grave.

Mais, et si je veux bien manger moi!!! et pas seulement des mixtures allégées, édulcorées, bref « diététique » mais des choses aux goûts variés, aux textures diverses.
Textures naturelles et non issues d’un tripotage quelconque comme celle qui consiste à mettre de l’eau dan la crème pour l’alléger. Ce qui est à la fois une stupidité culinaire mais aussi un vol, car on vous vend de l’eau au prix de la crème, tout en vous faisant croire que c’est bien

On confond bien souvent qualité et quantité. Il faut savoir se modérer et non se priver devant un plat gras ou sucré.
Faut il se priver de Paris-Brest ou de choucroute? Non bien sûr mais il n’est pas utile, aussi, d’en reprendre une seconde fois. Pas la peine de mettre deux cuillers de crème quand une suffit. L’ajout d’un élément dans une recette à un but précis, qui n’est pas de montrer la grandeur de votre porte monnaie par une surabondance de produits.

Mais, et si je veux vivre tout simplement moi!!! et pas seulement survivre.? Vaut il mieux vivre 70 ans pleinement ou 90 en s’étant privé de tout? Ma réponse personnelle est à l’évidence la première.
Il ne faut pas brûler, comme le disaient les anciens, la chandelle par les deux bouts mais il convient d’allumer la chandelle et non pas de la regarder.

Heureusement il est des spécialistes comme Agnès Mignonac, diététicienne nutritionniste, qui le disent si bien:
« Les mois de l’hiver s’accompagnent souvent de la prise de quelques rondeurs que nous recherchons à effacer dès les beaux jours. Pour se faire, les menus doivent permettre d’allier plaisir et légèreté sans jamais arriver à la notion de  » régime « , l’ère des régimes restrictifs étant finie. »

Pour cela elle préconise de faire preuve de bon sens dans le choix des aliments, de ne pas oublier les légumes qui sont riches en fibres et en vitamines, mais aussi de ne pas rejeter les pâtes, le riz et les pommes de terre. Qui participe à la notion de satisfaction alimentaire, la satiété. Bref au fait qu’on a plus faim quand on a mangé correctement.

A ce sujet je précise que la cette sensation disparaît au bout de 15 à 20 minutes quand on mange normalement. Alors que, si on englouti son repas en 10 minutes, on a encore faim bien qu’on ait absorbé suffisamment et peut être même trop, d’aliment. C’est ce que j’appelle moi le syndrome burger qui fait qu’un seul d’entre eux ne suffit jamais à calmer la faim alors même qu’il a fourni largement assez de graisse et de sucre pour le reste de la journée.
Elle insiste sur le fait qu’il faut privilégier la qualité sur la quantité
Elle dit aussi de ne pas oublier les produits laitiers.
Bref elle nous dit surtout d’avoir du bon sens, de varier son alimentation et qu’entre la carence et la surabondance il y a tout une plage de plaisirs qu’il ne faut pas oublier. La nature est diverse, sachons l’apprécier à sa juste mesure

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine
Gastronomiquement Votre Lucullus

Le site de la Confrérie des amis de Lucullus

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*