Le Lucullus du dimanche #44

Amis gourmands bonjour,
Vous connaissez la rigote de Condrieux?
Condrieux peut être, à cause de son excellent vin, mais peut être pas à cause de son fromage de chèvre, la rigote.
Pourtant ce petit fromage vient d’obtenir son AOC en janvier de cette année.
Qui dit AOC ou AOP dit aussi tout un ensemble de sigles barbares mais non moins importants.

L’Inao: Institut national de l’origine et de la qualité
Le SIQO: Signe d’identification de la qualité et de l’origine
le CCP: Certificat de conformité des produits

En fait je voudrais vous parle de l’Inao qui tient une place important dans le monde ds terroirs mais aussi dans ce qui fait la base d’une alimentation de qualité.
L’Inao est un établissement public administratif sous la tutelle du ministère de l’agriculture et de la pèche.
C’est la loi d’orientation agricole du 5 janvier 2006 qui engage la réforme du SIQO afin de la simplifier, de lui donner de la lisibilité et d’en accroître la crédibilité.
En janvier 2007 l’Inoa fusionne avec la commission nationale des labels et des certifications en charge du label rouge de la Spécialité Traditionnelle Garantie (STG) le l’agriculture biologique (AB) et du certificat de conformité des produits (CCP).
L’Inao devient alors un institut d’état.
L’Inao a pour mission de proposer un cahiers des charges pour toutes productions individuelles ou collectives voulant obtenir un label. L’instance délibérative concernée est alors saisie, par exemple le Comité National des vins et eaux de vie. Si le jugement est favorable, une commission d’enquête se rend sur le terrain pour rencontrer les acteurs et promoteur du futur label ou appellation mais aussi ses éventuels opposants.
Au terme de cette démarche l’Inao soumet un rapport au comité national. Si le projet de décret recueille un avis favorable, l’Inao le soumet au ministère de l’agriculture et à celui des finances qui le valide ou non. Les ministère n’ont pas le droit de modifier ces décrets.
Vous voyez que le chemin est long et difficile pour obtenir une des précieuses appellations.
Mais ce n’est pas tout, l’INAO a également pour but de suivre les appellations. Cet institut veille aussi à la protection des ces labels et s’oppose à l’usurpation de noms comme ce fut le cas en Argentine pour les pruneaux d’Agen ou au Quebec pour la noix de Grenoble.

Depuis la réforme, les contrôles sont effectués par des organismes indépendants et certifiés. Ceci afin de s’aligner sur les standards internationaux en matière de contrôles.
Mais l’institut est également chargé de protéger les aires d’appellations d’origine et donne son avis sur les projets d’aménagement et d’urbanisme mais aussi sur les autorisation d’installations classées.

Pour finir ce tour d’horizon de cette grande institution sachez qu’elle comprend un conseil permanent, des comités nationaux thématiques et une conseil d’agréments et contrôles.
Ces instances associent des professionnels (agriculteurs, transformateurs, conditionneurs et distributeurs), des consommateurs, des experts et des représentants de l’administration (ministère de l’agriculture, douanes et DGCCRF).
Les travaux de l’Inao concernent 200 000 agriculteurs et plus de 13 000 entreprises agro alimentaires.

L’Inao dans le cadre de ses nouvelles structures va être amenée à proposer des stage d’analyses sensorielles et de dégustations de vin, d’huile d’olive ou de fromages et cela dès cet automne. Formations en direction des professionnels mais aussi du grand public.

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine
Gastronomiquement Votre, Lucullus

Le site de la Confrérie des amis de Lucullus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*