Le Lucullus du dimanche #94

Amis gourmands bonjour,
Les marchés de Noël
Une tradition vraie ou un piège à gogos?
Les deux mon commandant. L’an dernier j’ai visité le marché de Strasbourg ô combien célèbre. A la fin de la visite , j’ai ressenti comme un certain malaise indéfinissable qui est ressorti cette année et qui a pris tout son sens lorsque j’ai connu la décision de la municipalité le concernant.
Certes voilà une manifestation haute en couleur et qui dégage réellement un côté festif très appréciable mais je comprends tout à fait la mairie de Strasbourg qui cette année a banni de ses stands les paninis et autres burgers. La partie marchand du temple fait évidemment partie de toutes ces grandes foires mais je crois bien qu’il faut mettre certaines limites si l’on veut garder un esprit régional et relativement authentique. Sinon ce n’est plus qu’une foire internationale que beaucoup de grandes villes connaissent.

Du miel dans nos villes.
J’ai du mal à le croire mais il semblerait que les villes produisent plus de miel que les campagnes. Lille à même sont conseiller municipal dédié à l’apiculture. Moi qui adore le miel, je me demande quand même quelle peut être la qualité de ce dernier s’il est issue de villes polluées. Cependant reconnaissons aux villes un avantage, c’est la grande diversité dans les fleurs et des essences méllifères.

Le Thon encore est toujours. De la dernière réunion du CICTa ressort une faible diminution des quotas de pêches autorisées. Voilà bien encore une arnaque car on sait très bien quye ceux ci sont largement dépassés par la pêche sauvage et le braconnage. Une seule solution, le boycott pur et simple du thon rouge et de l’espadon qui subit les mêmes prédations à haut risques.

Une histoire intéressante glanée dans la presse. La république de Georgie propose à des fermiers étrangers de venir s’installer sur son sol. C’est notamment le cas de nombreux agriculteur sud africains. Les boers, minorités blanche sud africaines semblerait très intéressée par le challenge qui s’offre à elle.

Qui dit consommation dit emballage et c’est vrai que cela est un vrai problème. Qui ne se retrouve pas, les courses faites, avec une problème de taille. Où mettre les quantités astronomiques de cartons et plastiques qui entourent nos produits de consommation courante? Exemple simple, achetant un morceaux de gruyère à la coupe dans mon hyper préféré, je me suis retrouvé avec un papier 3 fois trop grand et en plus un sac d’emballage même pas récupérable et réutilisable. Je crois qu’un peu de bon sens dans ce genre de comportement ne ferait pas de mal.

Juste avant les fêtes de fin d’année il serait bon d’y penser.

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellent semaine.
Gastronomiquement Votre, Lucullus

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*