Le Lucullus du dimanche #97

Amis gourmands bonjour,
Tout d’abord, c’est avec un grand plaisir que je vous souhaite ainsi qu’à tous vos proches une bonne et heureuse année 2011. Que celle ci vous apporte santé, bonheur et prospérité, qu’elle soit l’année ou vos vœux les plus chers se réaliseront.

L’an neuf est bien souvent le moment privilégié pour prendre de bonnes résolutions. Vous remarquerez qu’en cette période elles sont toujours bonnes mais pas forcément fermes.

Ma première bonne ET ferme résolution gastronomique sera de vous fournir rapidement ce qui, il faut bien le dire me tient d’arlésienne, à savoir un nouveau site de cuisine accompagné du forum de discussions culinaires approprié.

La seconde résolution en découle de fait. Ce sera de vous fournir chaque semaine, un billet accompagnant la mise à jour de l’Encyclopédie que vous connaissez tous.

La troisième résolution, et non la moins importante, sera de développer et cela peut être grâce à vous, la Confrérie des Amis de Lucullus. Cette confrérie, assez discrète je dois dire, ne demande qu’à prendre de l’ampleur et à devenir, plusieurs fois par an, l’occasion de se retrouver pour une manifestation liée à l’art de vivre ou tout simplement à une rencontre festive entre amis comme se sera la cas entre autre pour le weekend de l’ascension 2011, date de l’assemblée annuelle, ou plus proche de nous, la Salon de l’Agriculture 2011 entre les 19 et 27 février.

En attendant le monde tourne et pas forcément rondement.
Dernièrement encore une étude montrait que la quantité de résidus industriels dans notre alimentation augmentait régulièrement. Aussi je ne peux, une fois encore, vous sensibiliser à ce problème. A notre niveau, seul, nous ne pouvons rien changer. Par contre si chacun en prend conscience, de seul nous serons devenus un groupe, une masse.

Cette masse, c’est elle qui achète au quotidien de quoi se nourrir et elle peut influer sur les producteurs en refusant d’acheter les yeux fermés tout et n’importe quoi, et en privilégiant les cultures bio et raisonnable.
Là aussi, je dis attention, tout ce qui brille n’est pas or et le bio a souvent bon dos pour des additions salées.
Bio n’est pas forcément propre car certains fruits ou légumes, produits à l’autre bout du monde, ne sont pas des plus propres en termes de pollutions liés aux transports et au conditionnement qui va avec.

Je privilégie autant faire se peut, les produits locaux, ceux dont la zone de production est la plus proche possible de mon domicile. Certes les gens habitants des zones rurales ou semi rurales peuvent le faire plus facilement que des citadins mais nous pouvons tous le faire. Cela ne demande qu’un peu de temps, celui de choisir.
De plus il faut absolument privilégier les produits de saison. Les fraises ou les cerises en hiver sont une stupidité financière et gastronomique. Elles viennent de l’hémisphère sud, sont ramassées à peine mûres si ce n’est vertes et nous sont livrées après séjour en local de murissement.

Autre bêtise également et celle la plus proche de nous, c’est la pomme de terre nouvelle en hiver. Je suis désolé mais la récolte des pommes de terre débute en juin pour les plus précoces et se termine en octobre pour les variétés tardives. Alors comment croyez vous que l’on obtient des pommes de terre nouvelles en janvier?
Tout simplement par des procédés chimiques. Un des plus couramment employé est la conservation sous atmosphère neutre. Bref on enferme les légumes dans des réserves et l’on enlève l’oxygène que l’on remplace par de l’argon par exemple. Si le procédé est sain en soi, il interfère gravement dans le cycle naturel des fruits et légumes. Cette technique est aussi employée pour les pommes fruits. De plus, il est couteux en énergie et cela se retrouve en termes d’incidences sur le porte-monnaie.

A chacun de choisir ses priorités, moi c’est fait.

Sur ces quelques mots je vous souhaite une bonne semaine.
Gastronomiquement Votre, Lucullus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*