Le Lucullusdu dimanche #45

Amis gourmands bonjour,
Cette semaine deux sujets ont attiré mon attention. Tout d’abord le thon rouge et la proposition de la commission européenne puis le lait et la surproduction.

Aujourd’hui ce ne sont pas moins de 50 000 à 60 000 tonnes e thons qui sont pêchés dans l’atlantique sans compter la méditerranée. Une pêche 4 fous supérieur à la capacité de reproduction.

La commission européenne propose de soutenir une interdiction mondiale du commerce du thon rouge afin de sursoir à son éventuelle disparition. Pour une fois je serais du même avis que la commission.
De fait la commission reprend une proposition faite par Monaco afin d’inscrire le thon rouge sur l’annexe I de la convention de lm’ONU sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction (CITES).

Cette annexe prévoit l’interdiction de tout commerce concernant les espèces citées. Qui dit arrêt du commerce dit arrêt des pêches, hors braconnage. La commission européenne partageant le point de vue de Monaco a accepté, à titre provisoire, de soutenir cette proposition lors de l’assemble de la CITES qui doit se tenir en mars 2010.

Dans le détail, l’exécutif européen soutient une proposition de Monaco visant à inscrire le thon rouge, pêché surtout en Méditerranée, sur l’Annexe I de la Convention de l’ONU sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Cette annexe prévoit une interdiction de commercialisation et donc, inévitablement, empêcherait la pêche, au moins de manière temporaire. « La Commission européenne partage beaucoup des points de vue de Monaco sur l’état des stocks de thon rouge et a accepté, à titre provisoire, que l’UE puisse soutenir la proposition de Monaco » lors de la prochaine assemblée de la CITES, en mars 2010.

Forcément les armements navals des pêcheurs crient au scandale, préférant détruire le stock plutôt que de se reconvertir dans une autre pêche ou dans autre chose. Ils arguent qu’il faut laisser les organismes tel l’ICCAT, gérer le problème.
Sachant que ces organismes ne sont en rien décideuses, elles n’ont aucun pouvoir autre que de fournir des chiffres aux gouvernements concernés.
L’ICCAT, ou CICTA en français, est la commission internationale pour la conservation des thonidés de l’atlantique.
D’ailleurs beaucoup d’organisme dont le WWF font état de la « mort » de l’ICCAT. Les lobbies ayant fait leur oeuvre; les quotas énoncés par la commission sont bien supérieur aux recommandations de ses propres scientifiques.
On comprend dès lors que les flottes de pêches préfèrent se référencer au près d’ICCAT plutôt que dela commission européenne.
Référence: le WWF et l’ICCAT
Allez lire cet article il est édifiant quant à la stupidité chronique de la filière thon européenne et mondiale.
Car il ne faut pas non plus oublier le Japon qui pour le thon comme pour les cétacés ne tient aucun compte des mises en garde.

Je parlais plus haut d’une autre voie alors parlons en!
Heureusement, il existe des gens qui, prévoyant la catastrophe, essaient de l’endiguer et cela par l’aquaculture. Deux équipes scientifiques, une italienne et une espagnole, viennent de réaliser une première, à savoir la reproduction du thon rouge en élevage. 190 millions d’oeufs ont été produit et fécondés. Ces laboratoires vont maintenant essayer de porter à maturité les larves de thons ainsi obtenus. Certes rien n’est gagné mais un premier pas est fait.
Certains reprochent de manière insidieuse à l’aquaculture une chose normale: il faut, dans les élevages, 5 kg de poissons pour faire 1 kilo de poissons. Mais dans la nature aussi. Le poissons est un prédateur qui mangent d’autres poissons!!

Bref il y a tant à dire sur ce sujet que j’y reviendrai forcément.

Le deuxième sujet c’est le lait et la production de lait en Europe. Je ne ferai pas de long discours mais je ne suis pas sûr que de jeter le lait comme on a pu le voir à la TV arrange le problème des producteur. Cf mes autres billets sur le sujet.

16 des 27 pays de la communauté européenne se sont prononcé sur une nouvelle régulation du secteur laitier afin d’accompagner la fin des quotas. En cela ils soutiennent une initiative franco-allemande.
Ces pays proposent une fixation des prix par pays via des négociations entre producteur et les industriels.
Mais , car il y a toujours un mais, le président européen, le suédois Eskil Erlandsson, a opposé une fin de non recevoir à cette proposition. Il est vrai que la Suède n’est pas en première ligne pour la production de lait de vache. Cela expliquant peut être la position dogmatique de cette personne. Car si personne ne peut vraiment être contre la fin des quotas, il convient de le faire de manière progressive et ce n’est pas un an ou deux de plus qui gênera au final la mise en place d’une système régulé de manière différente.
A ce jour les quota seront supprimés en 2015 mais la question est plutôt de savoir s’il est utile de produire autant de lait.
C’est là le fond du problème et personne, à part des scientifiques, ne semble évoquer ce sujet

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine
Gastronomiquement Votre, Lucullus

Le site de la Confrérie des amis de Lucullus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*