Le Luculus du dimanche #17

Amis gourmands bonjour,

Convier quelqu’ un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit disait Brillat Savarin.
C’est tellement vrai en ces périodes de fêtes et on ne sait plus quoi inventer pour faire plaisir à la famille ou aux amis.
Malgré tout je ne saurais trop vous inviter non pas à la simplicité mais au classicisme pour ces repas festifs.
En effet tout le monde n’est pas Pierre Gagnaire ou Guy Savoy t encore moins Hervé Thys.

Aussi, pensez que les meilleurs plats sont ceux que l’on mange ensemble assis autour d’une table conviviale.
Si pour éblouir vos amis, votre famille vous passez votre repas à la cuisine vous les éblouirez plus avec votre absence que part la qualité de vos préparations et vous aurez raté votre soirée pour avoir flatté votre égo.

La fête c’est être ensemble, ce n’est pas forcer l’admiration d’un public souvent déjà acquis.
Quoi de plus merveilleux qu’une grande tablée familiale ou composée d’amis qui vous sont chers.

Pour les amoureux des repas festifs je ne peux que conseiller non pas la modération mais l’équilibre des goûts et des quantité.
Ce même Brillat savarin dans ses célèbres aphorismes avait énoncé deux principes, qui ces périodes de fêtes, me semblent frappés au coin du bon sens.
Les animaux se repaissent; l’ homme mange ; homme d’ esprit seul sait manger.
Ceux qui s’ indigèrent ou qui s’ enivrent ne savent ni boire ni manger.

Néanmoins le classicisme ne veut pas dire vivre dans le passé. il ne faut pas tourner le dos à la modernité. Je ferais ici une différence entre modernité et modernisme. Le premier est ce qui est d’aujourd’hui le second est une déviance faisant du moderne la norme de ce qu’il convient de faire ou de manger tout en reniant notre passé, bref brûler ce que l’on a adorer.

Hervé Thys à qui l’on a reproché l’invention de la cuisine moléculaire, il y a 20 ans de cela, déclarait lors d’une conférence donné au Conseil de l’Europe en juillet dernier à Strasbourg
Picasso n’a pas périmé Rembrandt. Il n’est pas responsable de ce que font ou ne font pas ceux qui le prennent en référence.

C’est pourquoi notre scientifique gastronome travaille énormément à l’INRA et notamment au projet INICON visant entre autres choses à moderniser nos instruments de cuisine. En effet utilise t’on encore le fouet en osier des nos ancêtres?

Il est d’Hervé Thys comme de nombreux chefs de cuisine comme Régis Marcon ou Philippe Conticini, ou d’amateurs éclairés. Tous désirent marier les traditions apprises de nos aînés et l’envie de découvrir de nouvelles techniques, de nouvelles technologies, de nouveaux horizons mis en oeuvre au service de nos gourmandises.

Au seuil de cette nouvelle année, que je vous souhaite heureuse et prospère, je voudrais vous associer à cette idée de modernité dan la cuisine même s’il ne s’agit paslà de cuisine au quotidien.

Sur ces quelques mots et quelques idées, je vous souhaite un bonne semaine et un bon réveillon de la Saint Sylvestre

Gastronomiquement Votre Lucullus

Le site de la Confrérie des amis de Lucullus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*