Les 10 conseils à suivre pour survivre avec un blog

bloguerpourquoi Vous avez en tête de vous lancer dans la rédaction d’un blog, ou vous en possédez déjà un et vous souhaitez lui redonner du pep’s. Voici quelques conseils qui pourront éventuellement vous être utiles.

1 – Trouvez vous une ligne éditoriale

Bloguer est un travail ingrat et de longue haleine. Même si on se réveille un beau jour avec plein de sujets en tête et l’idée de se lancer, ça ne s’improvise pas. Le syndrôme de la page blanche arrive vite.

Pour cette raison, il faut en préalable prendre le temps du rubriquage et de la thématique.

a/ Votre blog est généraliste ?

Trouvez votre fil rouge. Si votre fond de commerce est l’asthme scrofuleux de votre arrière grand-mère ou l’acné de votre petite sœur, ça ne suffira pas. Tôt ou tard, le sujet se tarira. Comblez les vides avec un sujet qui vous tient à cœur, une passion autour de laquelle vous pourrez broder quand vous ne savez plus quoi écrire, parce que vous aurez toujours quelque chose à amener sur ce sujet.

b/ Votre blog occupe une niche ?

Démarrez par un article et trouvez lui ses connexions naturelles. Vous écrivez sur la santé ? Développez sur les médecines douces, les maladies, les bonnes adresses, l’actualité médicale.

Vous êtes plutôt accès automobile ? Même chose. Voitures, garages, suivi de revues, bilan d’émissions TV.

Tout doit y passer de manière à ce que vous puissiez relier vos billets les uns aux autres et amener une cohérence d’ensemble pour le lecteur.

2 – Choisissez plateforme et hébergeur

WordPress, Dotclear, canalblog, blogger, … ? Hébergement ou serveur dédié ? Lequel choisir ?

Tout dépend de ce que vous comptez faire. Si la seule chose qui vous anime dans le blogging est le gain d’argent, changez d’orientation.

On ne gagne de l’argent qu’après quelques mois ou années, à condition d’être constant, de nourrir son réseau et de suivre sa ligne (cf. point 1). Et souvent, le gain obtenu ne permet que le paiement de l’hébergement ; rares sont ceux qui dégagent de gros bénéfices.

Ceci dit, si votre ambition est de glaner quelques euros, orientez vous vers les solutions d’hébergement mutualisées ou dédiées.

a / serveur dédié

Vous trouverez de bonnes machines chez dedibox, ovh, hiwit et infomaniak à tous les prix.

L’avantage tiendra dans l’autonomie que vous aurez d’héberger tout le contenu désiré, avec plus de place et de ressource qu’il ne vous en faut pour démarrer. C’est également une solution pérenne si vous prévoyez un accroissement de trafic conséquent.

L’inconvénient, c’est qu’il faudra administrer cette machine, en assurer les sauvegardes et y veiller comme l’huile sur le feu.

b/ hébergement mutualisé

Avec cette solution, vous aurez l’impression d’être chez vous. Tout ou presque vous sera permis, et vous n’aurez pas à vous soucier de l’administration de vos machines.

Si vous vous orientez vers l’hébergement mutualisé, veillez à prendre en compte la bande passante qui vous est alloué et le volume de données autorisé mensuellement, surtout si vous souhaitez héberger /diffuser de la vidéo ou du gros fichier.

c/ plateforme d’hébergement (wordpress.com, canalblog, blogger, …)

Avantage : Pratique. Rien à penser. Pas cher.

L’inconvénient de cette solution tient dans le succès de votre blog. S’il marche, vous devrez changer d’option parce que vous deviendrez gourmand en ressources réseau et système… Bonjour la migration ! Mais, si vous comptez la jouer pépère, n’hésitez pas.

3 – Soignez vos urls

Si vous avez opté pour la solution 2-a ou 2-b, lisez. Sinon, passez cette section.

Ca peut paraître idiot, mais le choix de format de vos urls est super important.

Par défaut, votre plateforme de blog vous fournit une horreur du genre http://www.fourre-tout.com/index?p=2. Bilan : un référencement nul, nul, nul !

Modifiez donc votre .htaccess soit directement, soit grâce à un plugin intégré pour obtenir de l’url de type . Google et ses copains crawlers adorent.

4 – Postez régulièrement

Vous vous êtes lancés, vous avez votre ligne éditoriale, votre interface est taillée. C’est parti !

Pour que les moteurs de recherche s’intéresse à vous, il faut deux conditions : du volume et de la qualité.

Dans la mesure du possible, postez un article de fond long par jour ou deux articles courts mais pertinents minimum.

Dans la même logique, n’hésitez pas à faire du billet facile en pondant le hit du mois avec votre top 10 de consultation du mois écoulé, chaque mois.

Inspirez vous des autres, vous vous épuiserez à courir derrière le buzz.

Reprenez les informations trouvées par ailleurs, et tournez les à votre sauce. N’hésitez pas. Ca n’est pas parce que Libération existe que Le Monde n’écrit pas sur les mêmes sujets. Il suffit juste de suivre la règle : Ne paraphrasez jamais. Ne faites jamais de copier-coller. Retranscrivez l’information avec votre style en y ajoutant votre point de vue, si c’est possible.

5 -Pensez SEO et conservation des lecteurs

Le SEO (Search Optimization Engine) est le « truc-en-plus » pour passer en première page des moteurs de recherche et drainer du trafic. Je ne vais pas vous faire la litanie ici de tout ce qu’il faut connaître, faire et pas faire en SEO (ce serait trop long), mais je vous invite à très sérieusement vous pencher sur la question si vous voulez claquer des hits et faire de l’audience. Google est votre ami sur ce sujet.

Quant au deuxième aspect – la conservation des lecteurs chez vous –, c’est certainement le plus important. Vous devez les amener, les intéresser et faire en sorte qu’ils restent.

Voici donc quelques conseils :

  • S’il n’est pas trop tard, choisissez WordPress. Il dispose d’une foultitude de plugins tous plus performants les uns que les autres pour soigner votre référencement ;
  • Remplissez scrupuleusement les tags, les catégories et tout ce qui peut raccrocher votre billet à un autre ;
  • Installez un plugin « liens en relation » pour que vos lecteurs ne vous quittent pas au bout de 30 secondes ;
  • Pensez flux RSS et offrez très visiblement toutes les possibilités d’abonnement au flux (courrier, RSS, …) ;
  • Mettez de la clarté dans votre rubriquage. Un menu en haut, un accès à droite. Si possible, ajoutez un breadcrumb à la Yahoo. Votre visiteur doit toujours savoir où il est, et où il doit repasser ;
  • Assurez vous que le logo de votre blog pointe correctement vers la page d’accueil ;
  • Identifiez clairement le lien vers la page d’accueil, quel que soit l’endroit où vous vous trouviez ;
  • Donnez de la visibilité aux commentaires et répondez-y systématiquement. Un simple merci à un lecteur qui a pris la peine de vous écrire vaut mieux qu’un au revoir définitif, au même lecteur, parce que vous n’avez pas eu la politesse de lui répondre ;
  • Participez autant que faire se peut chez les autres. Réagissez, participez, créez votre réseau de blogueurs ;
  • Eventuellement, ajoutez l’option de suivi des réponses par mail dans vos commentaires.

6 – Assurez le suivi de vos articles

Assurer le suivi de ses articles, ça signifie que ce que vous avez écrit il y a un an est toujours vivant, car potentiellement demandé via les moteurs de recherche.

  • Vérifiez donc la qualité de vos liens ; un plugin comme broken link vous y aidera sous WP ;
  • Modifiez ça et là un mot ou une phrase pour en améliorer le référencement, sans altérer la structure globale de l’article, s’entend ;
  • Ajoutez des hyperliens dans les billets anciens pour qu’ils pointent sur les billets en relation plus récents. Tout le monde pointe du récent vers l’ancien en oubliant systématiquement l’autre sens.

7 – Moquez vous des compteurs de tous poils

Feedburner, twitterfeed & co, c’est bien beau mais ça ne fait pas tout. Ne cherchez pas à tout crin à vouloir posséder un maximum d’abonnés ou de followers. C’est important, certes, mais ça ne reflète en rien l’état réel de votre trafic, ni de votre audience.

Concentrez vous sur vos articles et votre référencement. C’est la seule clé utile à prendre en compte pour gagner en notoriété.

8 – Abusez des réseaux sociaux et les digg-likes

Bien que vos écrits soient de valeur, et que votre blog soit soigné aux petits oignons, vous risquez de ne pas voir vos statistiques décoller, surtout si vous êtes nouveau venu sur le marché. Normal ! Vous est encore mal référencé et le nom de votre domaine n’évoque rien pour personne.

a – Un bon moyen de vous faire connaître est d’utiliser à l’envi les digg-likes.

Ils sont nombreux : scoopeo, fuzz, diggons, tapemoi, digg, blogasty, stumbleupon… Chacun d’entre-eux vous rapportera par article quelques visiteurs.

Là encore, ne vous attendez pas à des miracles. Vous ne générerez essentiellement qu’un trafic artificiel. En revanche, en utilisant souvent ces services, vous réussirez à fidéliser quelques visiteurs qui viendront ensuite d’eux-même.

b – l’autre moyen est d’exploiter les réseaux sociaux.

Les plus performants sont Twitter, Facebook et maintenant Google Buzz.

L’avantage, c’est que ces vecteurs vous draineront pas mal de monde, toute proportion gardée. Le hic, c’est qu’ils sont chronophages. Entretenir un réseau prend du temps… beaucoup de temps. Si vous délaissez, vous verrez vite fuir vos followers.

9 – Gagnez de l’argent

Le nerf de la guerre. Toujours pas de miracle à attendre. Cependant, vous pouvez rassembler quelques euros grâce à un positionnement efficace des publicités.

Concentrez les en haut des billets et dans les zones visibles. Ajoutez en une dans le footer. Bizarrement, ça fonctionne aussi à cet endroit.

Prenez le temps de tester, semaine après semaine, et tentez le sponsoring dès que vous aurez un peu d’audience. Certaines plateformes comme AD42 permettent de trouver des annonceurs.

10 – Pensez au lecteur : Bloguez avec plaisir ou arrêtez

Dernier point, le plus important : Bloguez avec plaisir. Si ça vous lasse ou que vous le faites de manière contrainte quelques mois après votre démarrage, arrêtez. Vous vous essoufflerez vite, et bloguer tournera à l’obsession.

J’en ai fini de ces quelques conseils. J’ai conscience d’avoir enfoncé quelques portes ouvertes mais il est parfois nécessaire de rappeler les fondamentaux, je crois.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas, la zone commentaires est là pour ça.

Giskette

Geekette coquette avec un chat et un gros défaut... mes parents : je m'appelle Gisèle

Vous aimerez aussi...

7 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*