Les 10 règles d’un divorce sans cauchemar

Il était grand, il était beau, il semblait bon le sable chaud… mais c’est fini. Que vous ayez claqué la porte ou qu’il se soit taillé, c’est l’heure du divorce.

C’est la vie, c’est comme ca. Il faut rebondir et ne pas se faire avoir par votre ancien partenaire pendant cette éprouvante et douloureuse période.

 

 

Je vous propose donc un bref rappel, en 10 points, de ce qu’il faut faire ou ne pas faire.

Ce qu’il ne faut pas faire :

1. N’abandonnez pas le domicile conjugal. Tant que le jugement n’est pas rendu, vous êtes encore mariés.

2. Ne changez pas les serrures. Si vous lui interdisez l’accès du domicile, votre conjoint pourra s’en servir contre vous lors de la médiation.

3. Ne bradez pas vos biens : si vous avez acheté, votre bien immobilier a forcément connu une plus value. Prenez sur vous, cohabitez et vendez au bon prix. Cet argent vous sera utile pour la suite.

Néanmoins, si la vie à deux est totalement impossible, tournez vous vers le juge aux affaires familiales. Lui seul peut vous autoriser à décohabiter sans conséquence sur votre procédure de divorce.

Ce qu’il faut faire :

Dans un divorce, fût-il par consentement mutuel, il faut se défendre et batailler. Que vous le vouliez ou non, votre ancien partenaire est désormais votre adversaire. Selon sa nature, il risque d’avoir des réactions plus ou moins tordues qui pourront, potentiellement, vous mettre à mal.

Il convient donc que vous surveilliez vos arrières en suivant ces trois points :

4. Photocopiez tous vos documents importants ainsi que ceux de votre conjoint, et placez-les en lieu sûr.

5. Etablissez un bilan exact de vos actifs et passifs : frais de scolarité, frais immobiliers, prêts en cours, … (même endroit)

6. Photographiez votre mobilier, vos bijoux,…

Ces quelques démarches sont destinées à établir, le cas échéant, le montant de votre pension alimentaire et de votre prestation compensatoire. N’oubliez pas que votre ex peut mentir sur ses revenus pour éviter de verser une compensation. Pour vous aider dans le calcul de votre pension alimentaire, utilisez le simulateur de divorceattitude.fr. Cela vous permettra d’exiger un montant juste.

7. Egalement, déposez un dossier de demande d’aide juridictionnelle au divorce ou l’aide partielle (revenus inférieurs respectivement à 883 € et 1328 €) et/ou cassez votre tirelire selon le divorce dans lequel vous vous engagez. Le consentement mutuel vous prendra environ 6 mois et 2000 euros. Le divorce pour faute pourra traîner plus de deux ans, vous coûtera une fortune (entre 8 à 10 000 €) et vous ruinera moralement.

Si ça se passe mal ?

8. Souscrivez une assurance contre le risque d’impayé de la pension. Son coût est de 10 euros par tranche de 200 euros avec couverture dès le premier impayé au terme d’un délai de carence de 6 mois.

9. Dans le même esprit, après 2 mois sans virement de votre ex, sollicitez la caisse d’allocations familiales. Si vous êtes vraiment seule, vous pourrez y solliciter une allocation de soutien familial en guise d’avance sur pensions impayées. La CAF engagera alors une procédure de recouvrement.

Au final :

10. Dernière chose (je vous ai promis 10 points), si vous divorcez, ne tombez pas dans le piège de l’ex-mari qui a changé. Ca n’est pas le cas, on ne change pas en 3 mois de temps. Comme le dit l’adage populaire : « on ne redresse pas un tronc cassé ».

C’est fini, point ! Ça vous fera peut être un mal de chien, peu importe. Avancez ! Derrière, il n’y a rien de plus que vos souvenirs.

J’ai oublié quelque chose ?

Giskette

Geekette coquette avec un chat et un gros défaut... mes parents : je m'appelle Gisèle

Vous aimerez aussi...

11 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*