Procès pour coucherie sur Second Life

second life Eros LLC, compagnie appartenant à Kevin Alderman, vend du contenu pour Second Life. L’un de ses produits phare est le « SexGen Bed », un logiciel permettant à deux avatars d’avoir une relation sexuelle dans le jeu vendu au prix de 46 dollars.

Kevin Alderman a eu vent de ventes d’un produit similaire au sein de cet univers virtuel au prix de 15 dollars. Les produits étant, d’après Alderman identiques, il perçoit très vite le manque à gagner.

Décision est alors prise d’intenter une action en justice, sauf que le contrefacteur n’est connu que sous son nom d’artiste SL, à savoir Volkov Catteneo, et qu’il est impossible d’assigner un avatar au tribunal pour violation de copyright.

Reste donc à monsieur Alderman et à ses avocats d’obtenir de Paypal et Linden Research, éditeur de Second Life, l’identité réelle de Catteneo, ce qui ne devrait pas tarder dans la mesure où ces sociétés ont été assignées à comparaître.

Quoi qu’il en soit, je trouvais déjà qu’il était difficile, sans être « nolife » de trouver un intérêt à Second Life, à part peut-être d’errer sans but dans un univers loin des contraintes imposées par le monde réel mais, à la lumière de ce procès j’en vois encore moins dans la mesure où il en présente les mêmes travers : un monde régit par le cul et le fric.

Giskette

Geekette coquette avec un chat et un gros défaut... mes parents : je m'appelle Gisèle

4 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*