Scouick le kiki

VIH Il semble qu’il n’y ait décidemment pas que Pascal Sevran d’intéressé aux génitoires africains et à ce qui les surmontent.

Suite à des études médicales américaines, le Kenya et l’Ouganda se sont lancés dans une croisade circoncisionnelle partant du constat qu’un pénis humide (donc muni d’un prépuce) après rapport sexuel non protégé était plus apte à faire contracter le VIH à son détenteur qu’un pénis circoncis. Ce dernier aurait une capacité plus grande à sécher et immuniserait de ce fait légèrement plus.

Malgré tout, il y a quelque chose qui me dérange un peu là dedans : Le communiqué annonçant cette nouvelle indique que 2784 hommes séro-négatifs se sont portés volontaires à la circoncision – une moitié immédiatement, l’autre moitié deux ans plus tard – et qu’au terme de cette expérience in vivo, la contamination a été réduite d’environ 40%.

Ca signifie donc que potentiellement, juste pour s’assurer du coup, on a condamné à mort près de 3000 personnes, et ce malgré les précautions oratoires politiquement correctes[1].

Quoi qu’il en soit il vaut peut être mieux ça que la conduite aveugle de l’occident (Il n’empêche que, j’espère me tromper, ça a un vieux goût d’essais médicaux d’une autre époque).

Articles en référence :
– L’exode
– La jeune afrique

Notes

[1] Je cite la « jeune afrique » : M. Nyikal a toutefois mis en garde les hommes circoncis de ne pas se croire protégés, ce qui serait injustifié, soulignant que la circoncision n’offrait pas une protection complète.

Tadpu

Amatrice éclairée de nouvelles technologies. J'espère que mes quelques articles vous distrairont et vous éclaireront. Rédactrice de tadpu.com

3 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*