SFR : Ne résiliez jamais par téléphone

SFR Je suis client SFR depuis quelques années maintenant, et chaque année, je change de téléphone mobile. Les points offerts n’étant d’aucune utilité, et n’étant pas attaché au numéro qui m’est affecté, je peux de cette manière bénéficier d’un téléphone « up-to-date » à moindre coût, puisque nouvel abonné.

En octobre dernier, le 13 exactement, j’ai contacté par téléphone le service résiliation SFR pour procéder à la résiliation de mon ancienne ligne téléphonique. Je suis tombé sur un conseiller clientèle qui s’est enquis de mon identité, à savoir nom / prénom, date de naissance, adresse et banque habituelle où sont effectués les prélèvements.

Ce conseiller m’a fait une offre iPhone que j’ai décliné ; j’ai confirmé ma demande de résiliation. Il m’a affirmé faire le nécessaire, avec coupure de la ligne au 25 octobre.

N’ayant pas à douter de sa parole, j’ai contracté une nouvelle ligne le 15 octobre, avec un nouveau numéro et un nouveau téléphone, puis j’ai revendu dans la foulée l’ancien appareil après en avoir retiré la carte SIM.

Quelques mois ont passé et, le 6 février, surprise ! En regardant l’état de mon compte : 2 prélèvements SFR.

J’ai alors inséré l’ancienne carte SIM dans mon nouvel appareil et re-surprise : elle était toujours active.

Le 7/02, j’ai appelé SFR dès l’ouverture du service client pour leur demander la raison de cette méprise. Réponse :

Nous n’avons pas pu vérifier votre identité lors de votre appel du 13 octobre, de toute manière vous avez appelé pour avoir des renseignements sur l’offre iPhone

Je fais alors remarquer, agacé, à la dame en ligne qu’on ne fait en général des offres ciblées qu’aux personnes dont on a préalablement vérifié l’identité et qu’il s’agit d’une méprise, et qu’il faut me corriger ça. En réponse, elle monte sur ses grands chevaux, me répond que je n’ai qu’à m’en prendre qu’à moi, me conseille d’écrire au service client, puis me raccroche au nez.

J’ai donc écrit au service client SFR, et ai saisi parallèlement la DGCCRF.

La réponse est tombée : on me demande l’accusé réception du courrier de résiliation pour attester de ma bonne foi.

Manque de bol, j’ai résilié par téléphone comme l’autorise la loi Chatel, dans le délai légal de 10 jours. Je me suis donc fait enfler de 160 euros environ.

Moralité : Je ne ferai plus jamais confiance au service client SFR, ni à aucun autre. Et c’est avec plaisir que je courrai m’abonner chez Free dès que cet opérateur présentera son offre, après avoir adressé un magnifique courrier de résiliation en recommandé avec accusé de réception à la société SFR.

Giskette

Geekette coquette avec un chat et un gros défaut... mes parents : je m'appelle Gisèle

Vous aimerez aussi...

13 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*