Une mesure ! Mon royaume pour une mesure !

Notre pays a vécu durant près de deux décennies sous la promesse de jours meilleurs, prodiguée par une pléthore de gouvernements socialo-communistes hérésiarques. Faisant fi de la poudre aux yeux jetée au peuple par la clique crypto-marxiste à tendance chemise à fleurs de sinistre mémoire, Maître Galouzeau de Villepin, napoléonide de son état, digne successeur du vélocipèdiste poitevin féru de routes droites et pentes raides, pourvoyeur du patriotisme économique, travaille.

Prenant la mesure du « temps perdu », il envoie ses troupes désempoussièrer les statistiques ahénpéhèsques, éliminant des fichiers ces salauds de pauvres qui osent demander un emploi depuis trop longtemps. Il agit. Mieux ! Il pourpense, « il y a urgence ».

Vite, un « plan urgence chômage » !

Remettre la plèbe suante et pleurnicharde au travail, lui redonner le goût du transport en commun, du « payé au lance-pierres ». Divertir la masse en lui montrant autre chose que les files d’attente de la bien-nommée Agence Nationale pour l’Emploi qui ose se plaindre de ne pas savoir faire face à l’afflux alors qu’elle a vu ses effectifs considérablement renforcée pour cette année 2005. 130 nouveaux agents.

Vite, un « contrat nouvelle embauche » !

Faire sentir à la populace qu’on l’aime, qu’elle est responsable, qu’elle peut encore travailler, que sa place dans la société importe. Faire comprendre à ce petit con de prolétaire qu’au terme de ses deux ans de bons et loyaux services, octroyés grâcieusement par le contrat nouvelle embauche , il devra aimer son patron quand ce dernier, sans sourciller, lui dira : « Dégage, t’es viré ! »

Tadpu

Amatrice éclairée de nouvelles technologies. J'espère que mes quelques articles vous distrairont et vous éclaireront. Rédactrice de tadpu.com

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*