Viens voir Papa

Je n’en appelle pas à mon père ; il ne s’agit ici que de la phrase préférée de Freddy Krueger, le brûlé au 3è degré du film de Wes Craven, Les Griffes de la Nuit, avant qu’il n’écorche quelques unes de ses victimes.

Ce film, à l’époque, j’en ai fait des cauchemars. Il y avait de quoi.

Pour mémoire, le synopsis de l’histoire donne à peu près ça :

{{Freddy est né d’un viol collectif en hôpital psychiatrique. Devenu grand, il tue à tout bout de champ, jusqu’à ce que son voisinage le brûle dans une vieille chaufferie, après qu’il ait été relaxé en justice pour vice de procédure.

De là, il se transforme en cauchemar et tue ses victimes en s’insérant dans leurs rêves.}}

Vous le constatez, le scénario est mince comme une feuille de PQ usagée. Pourtant, il est diablement efficace.

La série des griffes de la nuit a remporté un vif succès en salle (au moins pour les 3 premiers films) et tout a été fait, ou presque autour du personnage central, au point d’user le concept à la corde. Je crois me souvenir que le délire a été poussé à l’extrême en associant une autre figure du cinéma d’horreur dans l’un des opus : Jason[1].

Bref, Freddy, on l’aime bien mais on préférerait qu’il achète un tube de biafine et qu’il rentre ses griffes. Et pourtant, un nouvel épisode sort en mai (cf. bande annonce)

Je vais vraiment avoir du mal à sursauter cette fois. Pas vous ?

Notes

[1] Le type des vendredi 13

Giskette

Geekette coquette avec un chat et un gros défaut... mes parents : je m'appelle Gisèle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*